Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/libraries/joomla/string/string.php on line 28

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.input_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/libraries/joomla/string/string.php on line 29

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.output_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/libraries/joomla/string/string.php on line 30

Deprecated: Non-static method Falang::translateList() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/plugins/system/falangdriver/falang_database.php on line 329

Deprecated: Non-static method Falang::translateListWithIDs() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/components/com_falang/helpers/falang.class.php on line 121
Accueil http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/component/content/?view=featured Fri, 28 Apr 2017 02:38:38 +0000 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr A propos du parlement http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/a-propos-du-parlement.html http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/a-propos-du-parlement.html

Le Parlement porte des appellations différentes  selon les pays.  Aux Etats -Unis d’Amérique  c’est on parle de « Congrès », au Japon de la « Diète », au Cameroun  de « l’Assemblée Nationale », en Chine de « l’Assemblée Populaire Nationale » et en Israël  de la « Knesset », etc. En Haïti,  Le parlement fait référence au Pouvoir législatif ou  Corps législatif. Il est  composé de deux Chambres, la Chambre des Députés  (communément appelée Chambre basse) et le Sénat de la République  (Chambre Haute).

Le Régime politique institué par la Constitution de 1987 Le système de Gouvernance en Haïti selon la Constitution de 1987, fait du parlement en tant que pouvoir l’institution suprême, d’où l’appellation du régime semi-Parlementaire. un pouvoir au même titre que les deux autres pouvoirs  de l’Etat. Quel est son rôle ? Quel statut confère t-il à ses membres ? Qu’en est-il  de l’assemblée nationale ?

]]>
gregory.charlot@geninov.com (Super User) En vedette Contenu Tue, 19 Nov 2013 22:16:32 +0000
Procès-verbal de la Commission Travaux Publics, Mines et Energie http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/k2-tags/travaux-parlementaires/les-commissions/travaux-en-commissions-et-compte-rendu/216-proces-verbal-de-la-commission-travaux-publics-mines-et-energie.html http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/k2-tags/travaux-parlementaires/les-commissions/travaux-en-commissions-et-compte-rendu/216-proces-verbal-de-la-commission-travaux-publics-mines-et-energie.html

Procès-verbal de la Commission Travaux Publics, Mines et Energie du mardi 18 Février 2014 Lire PDF

]]>
jwbrice2000@gmail.com (Brice Jean William) En vedette Compte rendu des travaux en commission Commissions Contenu Wed, 19 Feb 2014 18:56:32 +0000
Biographie du président du sénat, Simon Dieuseul Desras http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/la-presidence/biographie.html http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/la-presidence/biographie.html

DESRAS Simon Dieuseul, Senateur du CentreDepuis son arrivée au Sénat de la République en 2000, il s’est révélé comme un leader national pour les questions relatives à la décentralisation, à l’environnement, à la pauvreté et à la sécurité alimentaire. Elu pour une seconde fois au grand Corps, Dieuseul Simon Desras, grand défenseur des plus pauvres, affirme son leadership en ayant atteint la première marche de la hiérarchie du Parlement comme président de l’Assemblée nationale.

Né le 18 décembre 1967 à Saut d’Eau (département du Centre) pour lequel il s’est révélé comme une grande fierté peu de temps après, Simon Dieuseul Desras se souvient encore de certaines péripéties de son enfance. D’ailleurs, il porte le nom de sa mère et n’a vu père, Guito Saint-Eloi, qu’une seule fois. Le jeune Dieuseul, comme l’appelle sa grande sœur qui l’a élevé, a grandi dans une famille monoparentale sous les yeux directeurs de sa mère Yvonne Benicia Desras.

Élevé selon les principes du catholicisme, il a voulu être prêtre. Sa mère et sa grande sœur lui enseignent quotidiennement l’importance du service public, des responsabilités et des bienfaits de sa foi catholique, le partage du bien commun et la défense des plus faibles, les leçons qu’il porte en lui partout où il passe.

Dieuseul Simon Desras a voulu se faire prête dès sa prime enfance. Grandi dans une famille catholique à coté d’un oncle sacristain à l’Eglise de Saut-d’Eau, celui qui deviendra plus tard un honorable sénateur, n’a pas concrétisé son rêve pour le moins ambitieux. Avec l’âge et l’expérience, les orientations professionnelles se changent et le jeune Dieuseul opte pour d’autres professions. En guise de consolation, il a vu son frère Raphaël Bernardin Desras ordonné prêtre et devenir curé de Lascahobas.

Comme le sacerdoce, le jeune élève a également loupé le concours d’admission de la faculté de médecine et de pharmacie de l’Université d’Etat d’Haïti. « J'ai été 101e, alors que les 100 premiers ont été retenus par le décanat », a confie le représentant du Plateau central au quotidien Le Nouvelliste. Cependant, il a tour à tour étudié la topographie à la faculté des sciences, le droit à la faculté de droit et des sciences économique, la gestion à l’Institut national de gestion et de hautes études commerciales (Inaghei) de la même Université d'État d’Haïi.

Dieuseul Simon Desras devint en 1993 topographe, en 1995 licencié en Gestion des Affaires, en 1999 juriste et membre du barreau de Port-au-Prince. Dès 1994, il est professeur de statistiques appliquées à la gestion et à l’Economie des finances coopératives à l’Inaghei, professeur de physique et de calcul de probabilité au lycée Jean Jacques Dessalines et à partir de 1997 comme professeur de Mathématiques financières à l’Ecole de commerce Julien Craan.

Desras, une vie de lutte

Connu comme un grand combattant au sein de la Fédération nationale des étudiants haïtiens (Feneh), Simon Dieuseul Desras a mené tambour battant de longs combats aux côtés de Mathias Pierre, Beaugé Moncoeur et Michael Delenchy qui s’opposaient farouchement au putsch au cours de la période sanglante du coup d’Etat (1991-1994). Avec cette même détermination, le sénateur juriste est entré dans la politique en marge de la grève sauvage de Louis-Gérald Gilles, Lans Clonès et Pierre Sonson Prince, trois jeunes médecins devenus, comme lui, sénateurs de la République.
Desras est entré au Senat de la République avec la réputation d’un homme à conviction. Dès son premier mandat, il s’est engagé à se battre pour rendre effective la décentralisation, défendre le respect du droit de l’homme et travailler sur la redéfinition d’une nouvelle politique étrangère.

Malgré les troubles politiques qui ont suivi son élection en 2000, il a quand même fait de son mieux pour travailler au profit de ses mandants et de toute la population haïtienne. A la fin des multiples négociations avec plusieurs secteurs de la vie nationale, Simon Dieuseul Desras a été parmi les 7 sénateurs à avoir donné leur démission pour aider à trouver un dénouement heureux à la crise postélectorale qui sévissait dans le pays.

Peu de temps après, il s’est retrouvé peu après au sein du cabinet particulier du président Jean-Bertrand Aristide traitant des questions relatives aux collectivités territoriales jusqu’à l’’exil forcé de l’ex-apôtre des bidonvilles en février 2004. Lavalas de sang, d’esprit et de conviction, Simon Dieuseul Desras s’est battu jusqu’au dernier jour du président Aristide au pouvoir. Sa bataille était pourtant engrangée d’épines. Il s’est échappé à trois tentatives d’assassinat au cours de cette sanglante lutte.

 « 14 mars 2003 est la pire journée que j'ai connue. J'ai résisté pendant près de 45 minutes à des tirs nourris lancés par des assaillants qui avaient monté une embuscade près du cimetière de Pernales. Heureusement, j'étais accompagné d'hommes armés, dont cinq policiers qui ont été grièvement blessés. Le véhicule a été sérieusement endommagé. J'ai vu les projectiles arrivés comme des pluies d'étoiles », a raconté Desras, non pas sans émotion. Il en est sorti sain et sauf. Une semaine après, il se trouvait au mauvais moment, au mauvais endroit. A l'entrée de Saut-d'Eau, sa ville natale, il a été pris pour cible par un groupe mêlé dans un conflit terrien. La même année, se souvient-il encore, les hommes de Ravix Remissainthe allaient prendre d'assaut une maison où je me retirais à trois heures du matin à Lascahobas.

 De retour dans l’arène politique

Dieuseul Simon Desras s’est inscrit pour les sénatoriales de 2010 sous la bannière de Lavni. Deux postes étaient à pourvoir dans son département. Le terrain était miné et la lutte plus que jamais endurcie. La bataille politique ne se mène pas en dehors du pouvoir, a-t-il toujours mentionné. Il a mené campagne tous les coins du département et s’est qualifié avec brio pour le second tour des élections.

Assuré de son élection au second tour des sénatoriales de 2011, en bon stratège politique, Simon Dieuseul Desras a arpenté les vallées et les montagnes du Plateau central pour aider Michel Martelly, un néophyte qualifié de « néoduvalieriste », à accéder à la magistrature suprême. Son nom pourtant est loin d'être rayé du registre de Fanmi Lavalas, le parti de Jean-Bertrand Aristide, symbolisant une certaine gauche.Certains éléments de l'aile dure de Lavalas défilent, au contraire, à son bureau précédemment occupé par Jean Rodolphe Joazile, un autre adepte du mouvement. Ce n'est pas Aristide qui reniera son fils spirituel. « Mes relations sont les mêmes avec le président Aristide. Je lui rends visite ou l'appelle au téléphone à chaque fois que le besoin se fait sentir », martèle le sénateur Desras.

L’actuel président du Sénat a fait savoir que certains le considéraient comme un traître pour avoir participé aux législatives alors que Fanmi Lavalas était exclu du processus. « Moi seul sais comment je défends la cause lavalassienne à travers ma fonction de sénateur. Ils peuvent me remercier aujourd'hui », lance le président du Grand Corps.

Simon Dieuseul Desras est loin de regretter son soutien considérable à la campagne de Martelly, en dépit de ses différends avec le chef du pouvoir du 14 mai. « Le discours de Martelly est aujourd'hui assoupli, a-t-il jugé. Il aura mon soutien tant que les acquis démocratiques ne sont pas bafoués, les institutions respectées, et qu'il n'exerce pas d'abus de pouvoir. », avait-il confié au journal Le Nouvelliste.

Entre sa vie politique très dense et ses études assidues, Simon Dieuseul Desras a eu le temps de se marier avec Bianca Emmanuela Shinn, une américaine d'origine haïtienne. Il a rencontré sa dulcinée en Belgique alors qu'il était en mission en Europe. « Nous nous sommes mariés le 6 juillet 2000 », se souvient-il. Dégoutée par les violences politiques de l'année 2004, elle retourna

aux États-Unis. « Toute ma vie est faite de souffrance », a lâché le politicien, fatigué de vivre loin de son épouse. Choisir entre l'amour et la politique ? Simon Dieuseul Desras veut avoir les deux.

 
]]>
gregory.charlot@geninov.com (Super User) En vedette La présidence Contenu Wed, 06 Nov 2013 15:36:49 +0000
Intervention du Président du Sénat, l’Honorable Simon Dieuseul DESRAS à la 30ème Session de l’Assemblée Régionale Amérique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Toronto (Ontario) Canada du 4 au 7 août 2014. http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/la-presidence/discours-et-allocutions-du-president/220-canada-du-4-au-7-aout-2014.html http://leparlementhaitien.info/lesenat/fr/la-presidence/discours-et-allocutions-du-president/220-canada-du-4-au-7-aout-2014.html

 

Intervention du Président du Sénat, l’Honorable Simon Dieuseul DESRAS à la 30ème   Session de  l’Assemblée Régionale Amérique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Toronto (Ontario) Canada du 4 au 7 août 2014.

  Photo du Prsident Desras

 Médias et réseaux sociaux: « l’émotion du changement et les dérives libertaires. »

 Mr le Maire de Toronto,

 Honorable Président de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie,

 Honorables membres du Bureau,

 Collègues Parlementaires du Canada, de la Région Amérique et d’ailleurs

 Mesdames, Messieurs les autorités civiles, politiques et religieuses de Toronto,

 Mesdames, Messieurs les hauts cadres de l’APF,

 Mesdames, Messieurs, les représentants des Ensembles Parlementaires,

 Mesdames, Messieurs les membres du staff administratif de l’ARAM 30,

 Collègues Parlementaires francophones,

 Distingués invités,

 Nous saluons avec enthousiasme la tenue de la 30ème session de l’Assemblée régionale Amérique de l’APF et remercions l’édilité de Toronto de nous offrir des structures d’accueil conformes à nos attentes et à la qualité de la vie qui fait du Canada une destination achalandée.

 La région Amérique, bien que marquée par de grandes disparités sociales, économiques et environnementales, a gardé et bonifié l’esprit du Congrès de Panama de 1826. Elle a une tradition d’échanges et de débats sur les questions qui influencent nos comportements collectifs et ouvrent des fenêtres sur un avenir qui échappe à notre contrôle.

 Le thème retenu pour ces assises « Médias et Réseaux sociaux, avantages et inconvénients » est symptomatique de ce grand malaise qui ronge la société à l’échelle mondiale, sous l’empire des avancées de la révolution cybernétique. Une nouvelle ère s’installe, celle du numérique, mue par de nouveaux outils, notamment les technologies de l’information et de la communication.

 Notre propos s’articule autour du libellé suivant : « Médias et réseaux sociaux : l’émotion du changement et les dérives libertaires.»

 Nous vous présentons globalement les médias sociaux et les changements qu’ils induisent ; nous dégagerons ensuite quelques pratiques dangereuses des internautes et nous ouvrirons des perspectives.

 Notre démarche est exploratoire. Le phénomène que nous tentons de cerner se présente déjà comme une réalité complexe, inextricable, imprévisible, dont l’étude, à cette phase, ne saurait être exhaustive.

 Médias, Réseaux sociaux et changements

 Les médias sociaux sont formés de l’ensemble des outils ou applications qui facilitent l’information et l’interaction des internautes. On y retrouve les réseaux sociaux, des outils de publication de textes, des outils d’échange, de partage, de discussion, de rencontre…

 De tous les outils internet, les réseaux sociaux ont connu la progression la plus fulgurante en 2008. Les plus connus sont Facebook, Myspace, Linkedin, Youtube, Twitter, Meetic etc. Les utilisateurs sont les individus, les entreprises, les institutions gouvernementales, les ONG, les centres de recherche…

 Ils bénéficient de la réactivité d’internet, de sa relative ubiquité, de sa capacité de diffusion, de la mutualisation des informations. Les usages d’internet sont maintenant légions : recueillir de l’information à travers les moteurs de recherches Google, Yahoo, Baidu, Wikipédia ; mettre en commun des connaissances ; vendre des biens, des services ; gérer le quotidien ; faire de la publicité, se divertir, constituer des bases de données etc.

 Les réseaux d’informations et de communication s’intègrent à internet de plus en plus. Les médias, la téléphonie et l’informatique, en position de convergence jouent un rôle majeur d’intégration du marché mondial et de production de nouveaux biens consommables.

 Les médias et réseaux sociaux ont facilité l’accès des populations à une information riche dans tous les domaines.

 Ils ont permis au capital financier d’être disponible partout et à n’importe quel moment.

 Ils rassemblent les gens évoluant sur la planète et aménagent les conditions pour qu’ils resserrent les liens et les préservent.

 Bref, retrouver des camarades de promotion, de classe ou d’anciens amis ; se faire des relations ainsi qu’un réseau ; partager des passions ; faire des rencontres, trouver de nouveaux amis ; organiser des évènements ont eu leurs charges affectives…

 Les changements de grande ampleur sont arrivés rapidement et attestent de la pénétration du réseau, de 74% en Amérique du nord, de 48% en Europe et de 15% en Asie… Tous les secteurs d’activités, industriels, commerciaux, culturels, administratifs, militaires ont été bouleversés par la rapidité des transports, de l’information et de la communication. L’émotion était peinte sur les visages et dans les comportements de tous ceux qui ont vécu les différents aspects de ce changement… Des opportunités multiples étaient offertes à toutes les couches qui avaient accès à l’internet. Les paysans dans les champs, les marchands de rue, les portefaix communiquent avec leurs parents ou leurs partenaires, munis de leurs téléphones portables.

 L’intérêt des médias et réseaux sociaux est connu. Toutefois, il faut rappeler les dangers et les inconvénients que leur utilisation non maitrisée peut engendrer.

 Les dérives libertaires

 Les médias et réseaux sociaux ont poussé la liberté d’expression à son summum. Cependant, des utilisateurs ne résistent pas à l’idée de travestir la vérité, de faire des accusations mensongères graves, d’opérer des règlements de comptes… Il y a un ensemble de valeurs liées à la vie privée, à l’éthique qui sont bradées. Les médias sociaux ont aussi leurs aspects hideux au regard des comportements, des messages, des dérogations aux droits et aux bonnes mœurs qu’ils affichent. Les enfants deviennent addicts de leur ordinateur portable qui leur offre des images de luxure et l’accès à des sites douteux. Les jeunes ne se préoccupent plus de lire ; pour rédiger un devoir, ils font du pastiche, du collage.

 L’internet est une arme à double tranchant, révélateur ou amplificateur de problèmes. En outre, des menaces de cyber terrorisme se posent avec acuité. Les États-Unis et le réseau Echelon, la France et le réseau frenchlon, mènent des luttes couteuses et sophistiquées pour défendre leurs intérêts stratégiques et militaires. Les Américains ont investi dans une gigantesque opération d’espionnage des populations au cœur même de leur intimité. Ces aspects frustrants des réseaux établissent que nombre de principes et de valeurs qui ont balisé notre enfance ont été bafoués dans le cadre de la domination des Grandes Puissances.

 Honorable Président,

 Honorable Parlementaire,

 Les médias et réseaux sociaux s’activent à rassembler, mobiliser les internautes du village global autour de la mondialisation du marché, du capital financier etc.

La facilité du transport et la réduction des couts de la téléphonie, font que les produits peuvent entrer aujourd’hui en concurrence partout dans le monde sans l’obstacle de la distance… Quant au capital financier, il est devenu mondial avec le plus grand succès. Les bourses internationales fonctionnent en liaison les unes avec les autres, 24h/24h. Elles sont en interaction constante, à la grandeur du monde, sur tous les continents simultanément. Auparavant, le capital accompagnait les marchandises, aujourd’hui il circule par ordinateur.

 Les médias et réseaux sociaux révolutionnent la pensée, les méthodes de travail et les domaines d’intervention. Un monde est en train de changer et les changements nombreux font rire, pleurer, réfléchir, agir… Cependant, la sortie n’est pas dégagée, les dérives libertaires, le piratage, le cyber terrorisme nous révèlent quelques zones d’ombre dans la domination des médias sociaux, sur les temps que nous vivons.

 Le Sénat d’Haïti, par mon organe, salue l’Assemblée et lui souhaite de conduire ses travaux avec science et intelligence aux fins de faire des propositions correctives au fonctionnement des médias sociaux et de réfléchir sur le vote de lois qui régissent les comportements au niveau du web.

 Je vous remercie de votre aimable attention.

 Que Dieu bénisse l’ARAM, le Canada et Haïti !

 Simon Dieuseul Desras

Président du Sénat de la République d’Haïti. 

 

]]>
jfsainteloi@parlementhaitien.ht (Saint-Eloi Jean Felix) En vedette Discours et allocutions du président Contenu Tue, 05 Aug 2014 17:17:45 +0000