Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/libraries/joomla/string/string.php on line 28

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.input_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/libraries/joomla/string/string.php on line 29

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.output_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/libraries/joomla/string/string.php on line 30

Deprecated: Non-static method Falang::translateList() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/plugins/system/falangdriver/falang_database.php on line 329

Deprecated: Non-static method Falang::translateListWithIDs() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/components/com_falang/helpers/falang.class.php on line 121

Deprecated: Non-static method Falang::translateList() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/plugins/system/falangdriver/falang_database.php on line 329

Deprecated: Non-static method Falang::translateListWithIDs() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/components/com_falang/helpers/falang.class.php on line 121
Article

Дървен материал от www.emsien3.com

The best bookmaker bet365

The best bookmaker bet365

Menu

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

enet-senat


Deprecated: Non-static method Falang::translateList() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/plugins/system/falangdriver/falang_database.php on line 329

Deprecated: Non-static method Falang::translateListWithIDs() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/components/com_falang/helpers/falang.class.php on line 121

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 18

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::createThumbnail() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 80

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::checkSpecialImages() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 127

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::translateName() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 127

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::getRealPath() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 32

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::checkCache() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 206

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::translateName() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 207

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::getRealPath() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 32

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::translateName() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 222

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Thumbs::getRealPath() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/gk_classes/gk.thumbs.php on line 32

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: Non-static method NSP_GK4_Utils::cutText() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/modules/mod_news_pro_gk4/tmpl/layout.parts.php on line 33

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549
A+ A A-

Deprecated: Non-static method JSite::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/templates/gk_news/lib/framework/helper.layout.php on line 175

Deprecated: Non-static method JApplication::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/includes/application.php on line 539

Deprecated: Non-static method JSite::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/templates/gk_news/lib/framework/helper.layout.php on line 175

Deprecated: Non-static method JApplication::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/includes/application.php on line 539

Deprecated: Non-static method Falang::translateList() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/plugins/system/falangdriver/falang_database.php on line 329

Deprecated: Non-static method Falang::translateListWithIDs() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/parlemen/public_html/lesenat/components/com_falang/helpers/falang.class.php on line 121

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/parlemen/public_html/lesenat/administrator/components/com_gcalendar/libraries/Zend/Validate/Hostname.php on line 549

Intervention du Président du Sénat, l’Honorable Simon Dieuseul DESRAS à la 30ème Session de l’Assemblée Régionale Amérique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Toronto (Ontario) Canada du 4 au 7 août 2014.

 

Intervention du Président du Sénat, l’Honorable Simon Dieuseul DESRAS à la 30ème   Session de  l’Assemblée Régionale Amérique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) à Toronto (Ontario) Canada du 4 au 7 août 2014.

  Photo du Prsident Desras

 Médias et réseaux sociaux: « l’émotion du changement et les dérives libertaires. »

 Mr le Maire de Toronto,

 Honorable Président de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie,

 Honorables membres du Bureau,

 Collègues Parlementaires du Canada, de la Région Amérique et d’ailleurs

 Mesdames, Messieurs les autorités civiles, politiques et religieuses de Toronto,

 Mesdames, Messieurs les hauts cadres de l’APF,

 Mesdames, Messieurs, les représentants des Ensembles Parlementaires,

 Mesdames, Messieurs les membres du staff administratif de l’ARAM 30,

 Collègues Parlementaires francophones,

 Distingués invités,

 Nous saluons avec enthousiasme la tenue de la 30ème session de l’Assemblée régionale Amérique de l’APF et remercions l’édilité de Toronto de nous offrir des structures d’accueil conformes à nos attentes et à la qualité de la vie qui fait du Canada une destination achalandée.

 La région Amérique, bien que marquée par de grandes disparités sociales, économiques et environnementales, a gardé et bonifié l’esprit du Congrès de Panama de 1826. Elle a une tradition d’échanges et de débats sur les questions qui influencent nos comportements collectifs et ouvrent des fenêtres sur un avenir qui échappe à notre contrôle.

 Le thème retenu pour ces assises « Médias et Réseaux sociaux, avantages et inconvénients » est symptomatique de ce grand malaise qui ronge la société à l’échelle mondiale, sous l’empire des avancées de la révolution cybernétique. Une nouvelle ère s’installe, celle du numérique, mue par de nouveaux outils, notamment les technologies de l’information et de la communication.

 Notre propos s’articule autour du libellé suivant : « Médias et réseaux sociaux : l’émotion du changement et les dérives libertaires.»

 Nous vous présentons globalement les médias sociaux et les changements qu’ils induisent ; nous dégagerons ensuite quelques pratiques dangereuses des internautes et nous ouvrirons des perspectives.

 Notre démarche est exploratoire. Le phénomène que nous tentons de cerner se présente déjà comme une réalité complexe, inextricable, imprévisible, dont l’étude, à cette phase, ne saurait être exhaustive.

 Médias, Réseaux sociaux et changements

 Les médias sociaux sont formés de l’ensemble des outils ou applications qui facilitent l’information et l’interaction des internautes. On y retrouve les réseaux sociaux, des outils de publication de textes, des outils d’échange, de partage, de discussion, de rencontre…

 De tous les outils internet, les réseaux sociaux ont connu la progression la plus fulgurante en 2008. Les plus connus sont Facebook, Myspace, Linkedin, Youtube, Twitter, Meetic etc. Les utilisateurs sont les individus, les entreprises, les institutions gouvernementales, les ONG, les centres de recherche…

 Ils bénéficient de la réactivité d’internet, de sa relative ubiquité, de sa capacité de diffusion, de la mutualisation des informations. Les usages d’internet sont maintenant légions : recueillir de l’information à travers les moteurs de recherches Google, Yahoo, Baidu, Wikipédia ; mettre en commun des connaissances ; vendre des biens, des services ; gérer le quotidien ; faire de la publicité, se divertir, constituer des bases de données etc.

 Les réseaux d’informations et de communication s’intègrent à internet de plus en plus. Les médias, la téléphonie et l’informatique, en position de convergence jouent un rôle majeur d’intégration du marché mondial et de production de nouveaux biens consommables.

 Les médias et réseaux sociaux ont facilité l’accès des populations à une information riche dans tous les domaines.

 Ils ont permis au capital financier d’être disponible partout et à n’importe quel moment.

 Ils rassemblent les gens évoluant sur la planète et aménagent les conditions pour qu’ils resserrent les liens et les préservent.

 Bref, retrouver des camarades de promotion, de classe ou d’anciens amis ; se faire des relations ainsi qu’un réseau ; partager des passions ; faire des rencontres, trouver de nouveaux amis ; organiser des évènements ont eu leurs charges affectives…

 Les changements de grande ampleur sont arrivés rapidement et attestent de la pénétration du réseau, de 74% en Amérique du nord, de 48% en Europe et de 15% en Asie… Tous les secteurs d’activités, industriels, commerciaux, culturels, administratifs, militaires ont été bouleversés par la rapidité des transports, de l’information et de la communication. L’émotion était peinte sur les visages et dans les comportements de tous ceux qui ont vécu les différents aspects de ce changement… Des opportunités multiples étaient offertes à toutes les couches qui avaient accès à l’internet. Les paysans dans les champs, les marchands de rue, les portefaix communiquent avec leurs parents ou leurs partenaires, munis de leurs téléphones portables.

 L’intérêt des médias et réseaux sociaux est connu. Toutefois, il faut rappeler les dangers et les inconvénients que leur utilisation non maitrisée peut engendrer.

 Les dérives libertaires

 Les médias et réseaux sociaux ont poussé la liberté d’expression à son summum. Cependant, des utilisateurs ne résistent pas à l’idée de travestir la vérité, de faire des accusations mensongères graves, d’opérer des règlements de comptes… Il y a un ensemble de valeurs liées à la vie privée, à l’éthique qui sont bradées. Les médias sociaux ont aussi leurs aspects hideux au regard des comportements, des messages, des dérogations aux droits et aux bonnes mœurs qu’ils affichent. Les enfants deviennent addicts de leur ordinateur portable qui leur offre des images de luxure et l’accès à des sites douteux. Les jeunes ne se préoccupent plus de lire ; pour rédiger un devoir, ils font du pastiche, du collage.

 L’internet est une arme à double tranchant, révélateur ou amplificateur de problèmes. En outre, des menaces de cyber terrorisme se posent avec acuité. Les États-Unis et le réseau Echelon, la France et le réseau frenchlon, mènent des luttes couteuses et sophistiquées pour défendre leurs intérêts stratégiques et militaires. Les Américains ont investi dans une gigantesque opération d’espionnage des populations au cœur même de leur intimité. Ces aspects frustrants des réseaux établissent que nombre de principes et de valeurs qui ont balisé notre enfance ont été bafoués dans le cadre de la domination des Grandes Puissances.

 Honorable Président,

 Honorable Parlementaire,

 Les médias et réseaux sociaux s’activent à rassembler, mobiliser les internautes du village global autour de la mondialisation du marché, du capital financier etc.

La facilité du transport et la réduction des couts de la téléphonie, font que les produits peuvent entrer aujourd’hui en concurrence partout dans le monde sans l’obstacle de la distance… Quant au capital financier, il est devenu mondial avec le plus grand succès. Les bourses internationales fonctionnent en liaison les unes avec les autres, 24h/24h. Elles sont en interaction constante, à la grandeur du monde, sur tous les continents simultanément. Auparavant, le capital accompagnait les marchandises, aujourd’hui il circule par ordinateur.

 Les médias et réseaux sociaux révolutionnent la pensée, les méthodes de travail et les domaines d’intervention. Un monde est en train de changer et les changements nombreux font rire, pleurer, réfléchir, agir… Cependant, la sortie n’est pas dégagée, les dérives libertaires, le piratage, le cyber terrorisme nous révèlent quelques zones d’ombre dans la domination des médias sociaux, sur les temps que nous vivons.

 Le Sénat d’Haïti, par mon organe, salue l’Assemblée et lui souhaite de conduire ses travaux avec science et intelligence aux fins de faire des propositions correctives au fonctionnement des médias sociaux et de réfléchir sur le vote de lois qui régissent les comportements au niveau du web.

 Je vous remercie de votre aimable attention.

 Que Dieu bénisse l’ARAM, le Canada et Haïti !

 Simon Dieuseul Desras

Président du Sénat de la République d’Haïti. 

 

Discours du Président du Sénat, l’Honorable Sénateur Simon Dieuseul DESRAS à l’occasion de la visite du Président du Sénat français, l’Honorable Jean Pierre BEL 31 juillet 2014

Discours du Président du Sénat

l’Honorable Sénateur Simon Dieuseul DESRAS

à l’occasion de la visite du Président du Sénat français, l’Honorable Jean Pierre BEL

31 juillet 2014

Honorable Sénateur Jean Pierre Bel Président du Sénat français,

Honorable Sénateur Andris Riché, Vice-président du Sénat haïtien,

Honorables Collègues, Sénateurs et Députés de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et de la 49ème législature du Parlement haïtien,

Mesdames, Messieurs les Fonctionnaires parlementaires,

Distingués invités,

Le Sénat d’Haïti accueille avec admiration et respect l’honorable Jean Pierre Bel, Président du Sénat français dont les racines plongent dans l’histoire mouvementée du Sénat de la troisième République née en 1875. Depuis, le Palais du Luxembourg est devenu l’amphitryon d’hommes célèbres comme Victor Hugo, Jules Ferry ou Georges Clemenceau.

Promu en 1992 Président de ce Corps, René Monory campe l’institution sénatoriale dans la préface de l’ouvrage paru à la Documentation française sous le titre « Pour mieux connaitre le Sénat » : ''Elu au suffrage indirect mais universel, le Sénat représente les collectivités territoriales de la République. Il incarne ainsi, de manière particulière, la France des communes, des départements et des régions… Monory poursuit : «  Pôle de stabilité, élément d’équilibre dans le jeu des institutions, le Sénat exerce la plénitude des pouvoirs constitutionnels qui sont les siens. La modération qui caractérise ses débats, n’obère ni sa capacité d’imagination dans le travail législatif, ni sa vigilance dans le contrôle de l’exécutif.''

Honorable Président Jean Pierre Bel,

L’immersion des Sénateurs français dans la vie économique et sociale de leur pays et l’action qu’ils conduisent, au plan international dans le domaine des droits fondamentaux, leur confèrent un rôle de relais auprès de leurs concitoyens comme auprès des citoyens du monde, notamment ceux des pays victimes du sous-développement.

Le Sénat d’Haïti, institué par la Constitution de 1806, a puisé à la même source républicaine et développé une sensibilité nationale qui en a fait un rempart contre l’autoritarisme et son corollaire, la misère sociale. Aujourd’hui, le Sénat est inscrit dans l’imaginaire collectif comme une assemblée de vigiles qui protège le peuple dans son quotidien, élabore le canevas de son avenir et garantit l’exercice et la jouissance de ses droits imprescriptibles. Il a un pressant et constant besoin de la solidarité interparlementaire, pour redresser les délitements de la Gouvernance, sanctionner les acteurs qui se fourvoient sur les chemins tout tracés de la légalité constitutionnelle, favoriser par vents et marées l’affirmation de la légitimité démocratique, issue des urnes tenues aux échéances prévues par la Constitution et la loi, à la satisfaction de tous les observatoires qui promeuvent les valeurs d’honnêteté, de liberté, d’ouverture, de civisme et de démocratie.

Le Sénat d’Haïti est encore engagé dans une situation d’épreuves où l’art de gouverner a subi les pires distorsions mettant en péril les équilibres institutionnels et la paix publique. Gouverner par des lois est une gageure que ne sauraient réussir ceux qui n’ont jamais été initiés à l’esprit d’obéir à des règles au cours de leur trajectoire.

Le Sénat d’Haïti, obnubilé par l’impératif de construire l’Etat de droit, garant de l’accès de masses d’hommes et de femmes à la liberté, à l’intégrité physique, à la vie, aux droits sociaux, économiques et culturels, mobilise ses voies et moyens de réflexion et d’action.

Il n’a de choix---face au blocage programmé des institutions de service public et de souveraineté, par l’incapacité avérée de l’exécutif de renouveler le personnel politique déchu, ou en fin de mandat---que de se renfermer dans une dialectique alliant la pugnacité à la componction, la responsabilité à la compréhension, le respect des normes aux démarches consensuelles, le dialogue à l’imputabilité…

Du nombre des autorités supranationales qui défilent en Haïti, depuis quelque temps au chevet du malade, il ne s’en trouve aucune  --- Ban Ki –Moon, Indrawati, Van Rompuy et d’autres vieux routiers de la gouvernance, à faire preuve d’une plus grande intelligence des hommes et des choses de cette conjoncture.

A croire qu’ils se rendent tous aux assertions de Naomie Klein qui a si bien disséqué dans « La Stratégie de choc », le corpus du capitalisme du désastre, mettant à nu l’idéologie de la privatisation des guerres et des catastrophes et la montée d’un silence épais de hautes personnalités enduites de vernis éthique et démocratique. Ces émissaires des puissances dirigeantes ont perdu toute conception du juste et de l’injuste, du désirable et de l’inacceptable et sont surpris à fermer les yeux sur les notions basiques de leurs propres enseignements, l’abécédaire de leur catéchisme démocratique.

Honorable Président Jean Pierre Bel,

Le Sénat d’Haïti constate avec aigreur que les gourous de la gouvernance démocratique ne savent à quel saint se vouer face aux irritants de forme et de fond qui lézardent et stérilisent l’expérience politico-administrative en cours… Pourtant, ils l’encadrent de leurs sournoises complaisances.

Pourquoi les grands responsables du village planétaire ne tirent-ils pas les conclusions qui s’imposent face aux évènements qui tiennent l’opinion internationale en alerte ?

Un monde unipolaire--- qu’ils le disent et l’assument--- ferme les yeux sur de nombreux cas de lèse-démocratie en Syrie, à Gaza, en Irak, en Lybie et dans d’autres régions du monde, où la violence gronde et se déploie contre des écoles, des hôpitaux, des églises, des centrales énergétiques, tuant des enfants, des femmes et des vieillards.

Un monde unipolaire sanctionne la Russie et s’implique dans l’escalade de la violence en Ukraine opposant Nationalistes et Séparatistes russophones.

Un monde unipolaire maintient le blocus sur Cuba ; supporte un régime de serviteurs de la dépendance qui n’ont jamais organisé d’élections, depuis près de quatre ans en Haïti et qui gardent un silence complice sur l’utilisation douteuse des fonds destinés à la reconstruction post-séisme de notre pays.

Des dix milliards prévus pour financer cette reconstruction ---dont on n’a encore vu aucun échantillon entretemps--- Quatre milliards ont été décaissés pour garnir les caisses des ONG et seuls dix pour cent de ces fonds ont été concédés à l’Etat, qualifié de corrompu et de mauvais gestionnaire, malgré un concert de scandales éclaboussant des ONG incapables de reddition de comptes. Le film de Raoul Peck, « Assistance mortelle » est un compendium de ce désastre, rebelle à toute tentative de muselage.

Après quatre ans de mensonges enrobés de miel, l’international, ses émissaires et ses agents locaux doivent admettre que les édifices publics en Haïti sont encore à l’enseigne des abris provisoires. Ils sont encore et toujours en chantier… dans un grand vacarme d’expropriation pour cause d’utilité publique dont des avocats, défenseurs publics, dénoncent la non-conformité aux lois, aux procédures applicables en l’espèce et aux bonnes mœurs.

Honorable Président Jean Pierre Bel,

Jacques Attali, dans « La voie humaine » écrit : Devant l’amoncellement des problèmes, la faiblesse des solutions proposées, la déshérence des isoloirs, la dislocation des solidarités, l’affaiblissement des services publics, la montée des extrêmes et des violences antidémocratiques, il est plus que jamais nécessaire en France comme ailleurs de faire de la politique…

Nous, dirigeants des Temples de délibérations collectives et démocratiques, devons mettre nos voix en chœur, nos actions en synergie pour un monde plus juste, plus solidaire et plus équilibré.

Le Sénat d’Haïti apprécie, à sa plus haute valeur, cette visite et la signification de votre présence parmi nous, dans ces moments d’incertitude et de descente aux enfers…

Nous avons des choix à faire pour sauvegarder et consolider nos institutions démocratiques et forger notre histoire de peuple.

Nous vous attendons Monsieur Bel ainsi que le Sénat français au rendez-vous de la démocratie, de la stabilité politique et de la paix sociale en Haïti.

Que Dieu veille sur Haïti et sur la France !

Simon Dieuseul Desras

Président du Sénat

 

Discours du Président de l’assemblée Nationale - 12 mai 2014

 

DISCOURS DU PRESIDENT DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

L’HONORABLE SIMON DIEUSEUL DESRAS     

A l’occasion de la fermeture de la première session ordinaire de l’année 2014

12 mai 2014

 Honorable Vice-Président,

Honorables Membres du Bureau,

Honorables Sénateurs et Députés,

Mesdames, Messieurs les fonctionnaires et employés du parlement,

 Distingués invités, membres de l’auditoire, 

L’Assemblée Nationale se réunit ce deuxième lundi de mai 2014 dans la solennité du protocole républicain, aux termes des articles 92-1, 92-2, 95-1, 98-1, 98-2, 98-3 de la Constitution amendée de 1987, pour obéir aux rituels du Corps législatif.

Honorables Sénateurs et Députés,

 Mesdames et Messieurs,

Dans ce printemps troublé, traversé de préoccupations politiques et d’incertitudes socio-économiques, il n’est pas superflu de rappeler aux uns et aux autres que le point d’honneur de tout dirigeant réside dans l’intime satisfaction du devoir accompli au profit du peuple, et non dans la parade, l’effet de démonstration, qui éloigne de la vérité et des solutions réelles à nos problèmes nationaux. Un simple coup d’œil laisse à constater qu’Haïti demeure la grande absente des démarches grandiloquentes de nos gouvernants actuels. 

Lire la suite : Discours du Président de l’assemblée Nationale - 12 mai 2014

Discours du Président de l’Assemblée Nationale à l’ occasion de la 128ème Assemblée interparlementaire

DESRAS-Simon-Dieuseul---Senateur-du-CentreC’est avec une joie empreinte de prémonition et de clairvoyance que j’aborde le thème principal de notre 128ème assemblée interparlementaire, en saluant au premier chef nos am­phitryons les plus hautes autorités de l’Equateur, ainsi que nos pairs de l’UIP notamment le Président de la 128ème Assemblée et celui de l’Assemblée Nationale de l’Equateur.

Nous remercions l’Assemblée pour le thème choisi qui parle à notre con­science en notre qualité de citoyen du Sud géopolitique et de représentant de la République d’Haïti.

Donner à chaque concitoyen l’opportunité de bien vivre, de « buen vivir », selon l’expression consacrée en Equateur, c’est aussi le combat es­sentiel de l’élu que je suis, des élus que nous sommes tous ici. Cette référence, intelligemment inscrite dans votre constitution, nous donne l’occasion de réfléchir à nos problématiques respectives de développement et aux réponses originales que chacun de nos pays adopte pour dépasser ses handicaps propres en se fondant sur son histoire, sa culture ou ici ses cultures, ainsi que sur ses potentiels naturels et humains comme le village global en a été le melting pot et l’exception culturelle, la donne intrinsèque…

L’économie mondialisée est dominée de nos jours par les investissements directs étrangers, outils principaux permettant l’intégration des marchés et l’accroissement des profits. Les groupes de sociétés, filiales-relais, filia­les-ateliers, co-entreprises ont conduit à la construction de réseaux inextricables de capitaux et d’intérêts. Une étude récente publiée en Suisse démontre que « 80% des valeurs de 43 000 multinationales sont détenues par 737 entités économiques, parmi lesquelles 147 multination­ales qui tout en se contrôlant elles-mêmes entre elles, possèdent 40 % de la valeur économique et financière de toutes les multinationales du monde entier. » La con­séquence inéluctable de ce réseau d’échanges à l’échelle mondiale est l’interdépendance accrue entre les Etats qui deviennent sensibles à tout événement économique, chocs exogènes, adoption de nouvelles politiques, alli­ances stratégiques, catastrophes naturelles entre autres, survenus dans un ou plusieurs pays. « Votez pour la démondialisation» tel est le titre de l’ouvrage d’Arnaud Montebourg qui s’inscrit parfaitement dans la remise en cause de l’économie mondiale sujette à des crises majeures mettant en porte- à- faux les partisans de l’économie libérale. La globalisation ne devrait-elle pas réfuter le capitalisme sauvage et s’attaquer aux inégalités sociales d’un monde raviné par le chômage, la faim, et les pandémies pour créer les conditions d’un développement durable, maitrisé ?

Le cas d’Haïti : Les Handicaps de l’Histoire et de la croissance

Depuis 1500, l’histoire économique de l’Amérique Latine est mar­quée par le colonialisme et par l’impérialisme qui se sont imposés aux pays de la région après leur indépendance, ac­quise à l’aube du dix-neuvième siècle. Cette histoire s’est prolongée après 1980 dans la mouvance de la dette externe qui a provoqué l’appauvrissement des popula­tions de la région. Pendant, ces cinq siècles, les peuples de l’Amérique Latine n’ont pas cessé de produire des richesses qui ont davantage alimenté les intérêts des firmes multinationales originaires des pays du centre qu’elles n’ont amélioré leurs propres conditions de vie.

Haïti a été la victime expiatoire de cette histoire ré­gionale ; c’est le premier pays de la région à avoir été confronté à une dette externe : celle de l’indépendance. Il en est résulté une crise financière étalée sur près d’un siècle, qui a culminé à l’occupation américaine de 1915 à 1934. Etant le premier pays de la région Amérique Latine /Caraïbes à avoir rompu avec le colo­nialisme, Haïti s’est retrouvée en première ligne face à l’impérialisme naissant. Elle en a payé un coût onéreux et cruel.

En revoyant ces faits survenus de 1804 à ce jour, il nous est possible d’affirmer que l’histoire économique d’Haïti est divisée en quatre grandes périodes. La première a été celle du paiement de la dette envers la France et de l’abandon de la population par l’État. La deuxième période a débuté en 1915 ; elle a conduit à la mise en place d’une économie tournée vers le marché américain. La troisième qui fait suite à la seconde guerre mondiale a pris fin en 1980. La quatrième est marquée par cette crise qu’Haïti traverse depuis 1980 et qui s’est aggravée avec le récent séisme du 12 janvier 2010. Depuis près de trente ans, Haïti est à la recherche de la voie qui répond aux aspirations de bien-être de sa population et qui corrige les quarante années d’une croissance presque nulle du PIB, porteuse de graves lézardes à l’édifice social haïtien…

Critique du modèle haïtien

En Haïti les stratégies de développement mises en place au cours des dernières années pour arriver à la croissance économique ont causé une dégradation très préoccupante de l’environnement qui a atteint toutes les régions du pays. Elle est principalement due à la pau­vreté et l’augmentation de la population, à l’utilisation irrationnelle de l’espace national, à l’exploitation ina­déquate des ressources naturelles, à la fragilité du pays aux facteurs naturels, aux faiblesses du cadre légal et institutionnel appelé à réguler les actions du secteur de l’environnement.

Les facteurs naturels ont doté Haïti d’une riche diver­sité biologique, de climats tropicaux et subtropicaux, de ressources minières et de sites naturels merveilleux. Cependant Haïti demeure vulnérable aux cyclones, aux ouragans et aux tremblements de terre et parce qu’elle est une ile montagneuses, ses écosystèmes terrestres, aquatiques et marins sont fragiles.

Les exigences de la croissance économique débridée de ce début de siècle obligent la population Haïtienne à ronger sérieusement le capital-ressources naturelles. La mauvaise gestion des ressources naturelles se manifeste grandement par la pollution de l’air, de l’eau, du lit­toral et de la mer par toutes sortes de déchets, de détri­tus… Les ressources en sols, en mines et en carrières sont exploitées sans de véritables plans d’exploitation et d’application de ce qu’il y a comme normes de ré­gulation existantes. Le déboisement des fortes pentes à des fins agricoles, l’élevage et le pâturage libres suivis de la coupe d’arbres pour l’obtention du bois comme source d’énergie sont les facteurs les plus importants de la mauvaise utilisation de l’espace. Ils causent la dégradation des bassins versants, des écosystèmes et la perte de la diversité biologique. Tous ces problèmes sont exacerbés par un cadre légal et institutionnel ina­déquat pour la gestion de l’environnement.

Ce type de modèle de croissance et de développement économique qui détruit en même temps les ressources na­turelles en menaçant très sérieusement l’environnement et l’équilibre écologique, doit être abandonné au profit d’autres paradigmes de croissance et de développement économique plus respectueux de l’environnement.

Nouvelles options, nouvelles approches

Dans les dix prochaines années, malgré la remise en cause de la mondialisation néolibérale, il est peu prob­able que se développe une théorie solide et crédible pour la remplacer. Toutefois, les leçons des crises précé­dentes conduiront sans doute à renforcer les interven­tions étatiques ainsi que leurs politiques de relance de l’économie par la consommation, par l’investissement ou par les politiques monétaires et budgétaires.

Le rapport « le monde en 2050 » confirme le reposi­tionnement des puissances mondiales et prédit qu’en tenant compte du produit intérieur brut à parité de pouvoir d’achat, la Chine sera la première puissance économique en 2020. Le E7 regroupant les émergents devrait par sa croissance et son dynamisme prendre le pas ou talonner sérieusement les traditionnels pays du G7. La détérioration du climat des affaires pendant l’année 2011 dans les économies développées, accé­lèrent ce changement de paradigme. Les difficultés ren­contrées par les entreprises américaines ou européennes pourraient constituer de nouvelles opportunités de fu­sion-acquisition par les entreprises émergentes qui sont très actives dans ce créneau. Malgré les perspectives de contraction d’investissements et de dépenses dans les économies actuellement en crise, la Chine, l’Inde et le Brésil notamment pourront miser sur leur masse dé­mographique, la taille de leurs marchés et leur demande intérieure pour absorber leurs productions à condition qu’ils ne négligent pas les réformes sociales nécessaires pour maintenir le pouvoir d’achat de leurs citoyens. Le réseau des échanges commerciaux pourrait également se modifier en faveur des pays émergents.

Rejoignant la vision équatorienne, Haïti entend dével­opper des politiques économiques et sociales qui dépas­sent effectivement l’assistanat pour privilégier l’accès à l’emploi, généré par un développement des activités productives supportées par un secteur privé dynamique, éventuellement appuyé par des partenariats public-privé dans les domaines qui le requièrent. La refonda­tion économique et sociale d’ores et déjà entamée vise à réintroduire la considération et le respect de l’effort, le soutien à l’accroissement de la productivité à travers le renforcement des compétences professionnelles, la mise en place d’instruments de promotion de l’activité, qu’il s’agisse de l’accès au crédit ou d’aides à la création des entreprises, le développement de zones industrielles classiques ou de zones de développement intégré, y compris touristique.

Cette refondation/reconstruction d’Haïti reste cepen­dant le projet d’envergure du gouvernement pour un horizon de dix ans et plus. L’orientation de la recon­struction d’Haïti présente déjà les éléments caracté­ristiques du modèle décrit par Naomi Klein dans son livre la stratégie du choc. Les pistes de la reconstruc­tion pourtant devraient passer dans un premier temps par un renforcement des institutions de l’Etat, des in­vestissements publics dans l’éducation et le social ainsi que l’attraction des investissements directs étrangers, indices pertinents de la croissance des économies.

Les voies d’une croissance maitrisée en Haïti au-delà de 2013 devraient passer sur le fond et à terme par la construction d’une économie verte et solidaire.

Pour parvenir à une croissance verte et solidaire, nous devons nous attaquer à des situations de blocage de type politique et économique, lutter contre des com­portements et normes sociales généralement acceptés de presque tous, et développer des instruments de fi­nancement plus aptes et plus appropriés en relation à une croissance respectueuse de l’environnement, capa­bles de modifier les mécanismes d’incitation et de pro­mouvoir la recherche et le développement ; il s’agit de corriger les défaillances des marchés, des politiques et des instruments qui conduisent à la surexploitation des ressources naturelles.

Faire de la croissance verte et solidaire est plus que nécessaire, et bien à notre portée. Il convient d’élaborer un véritable plan stratégique quinquennal pour sortir des schémas de croissance non durables et éviter de causer des dégâts écologiques irréversibles. Pour mesurer la croissance, l’indicateur de développement économique qu’est le PIB nous semble dépassé. Nous avons besoin d’indicateurs qui prennent en compte l’ensemble des richesses y compris le capital naturel (eau, terre, air, et écosystèmes et « services environnementaux » associés), ainsi pourrions-nous intérioriser la problématique de la croissance durable sur le long terme.

Conclusion.-

Ces économies contemporaines ont toutes en commun les fossés extrêmes entre les classes possédantes et celles déshéritées. Leur défi réside essentiellement en la substitution du « profit à tout prix », à celui de « dével­oppement humain avant tout » car la richesse d’un Etat se mesure d’abord par le niveau de vie de ses habitants.

La route pour assurer le bien-être du plus humble de nos concitoyens sera longue et difficile. Nous en sommes parfaitement conscients. C’est notre honneur et notre devoir et nous n’avons pas le mandat d’échouer. C’est en comptant sur nos propres forces que nous y parvi­endrons, loin des facilités d’une aide trop souvent fac­tice et sans garantie de lendemain. Certes la frugalité n’est pas en ligne avec les standards internationaux de développement fondé sur l’exploitation sans limites des ressources naturelles et humaines. Mais en Haïti, nous avons pris la vraie mesure des choses et connaissons nos limites tant au niveau intrinsèque que physique ; nous savons également le prix à payer si nous persistons dans l’immobilisme...

Nous saurons utilement nous inspirer de l’exemple de l’Equateur et des pays émergents, réellement éclairant, malgré le côté inégal de la comparaison entre nos situ­ations respectives.

Je vous remercie.

Simon Dieuseul Desras

Président du Sénat de la République d’Haïti